Le vieillissement cutané - OhSens.fr

Un mécanisme naturel

Le vieillissement cutané est un mécanisme cellulaire complexe plurifactoriel. ll correspond à l'altération et à la destruction des cellules de la peau. ll existe deux types de vieillissement : 
- Vieillissement intrinsèque ou chronologique : un processus naturel génétique et hormonal. 
- Vieillissement extrinsèque ou photovieillissement : un processus provoqué par des facteurs externes comme les rayons UV, le tabac ou encore la pollution. 


Vieillissement intrinsèque 

Le vieillissement intrinsèque est une évolution génétique naturelle et inéluctable, correspondant à la désorganisation de la matrice cellulaire (derme et épiderme). C'est l'horloge biologique qui affecte la peau de la même façon que les organes.

En vieillissant, la peau change, perd de son hydratation naturelle et sa substance fondamentale s'appauvrit.

Ainsi, au cours du vieillissement « normal », il se produit une atrophie cutanée par diminution des éléments constitutifs des trois couches de la peau. On constate 3 phénomènes : 

Au niveau de l'épiderme :

L'épiderme est composé à 85% de kératinocytes et contient également des mélanocytes (rôle dans la pigmentation de la peau), des cellules de Langerhans (rôle d'immunodéfense) et des cellules de Merkel (rôle de mécano-récepteurs).

Avec les années, la fonction barrière de l'épiderme est progressivement altérée, les pertes en eau s'accélèrent conduisant à une sécheresse cutanée et donc au vieillissement de la peau qui devient sèche, rugueuse et inconfortable.

Le renouvellement de l'épiderme est un juste équilibre entre la perte des cellules superficielles (les cornéocytes) et l'entrée de nouvelles cellules épidermiques dans le processus de différenciation. 

La desquamation des cellules à la surface de la peau doit être naturellement compensée par le renouvellement de l'épiderme assuré par les kératinocytes. Or avec l'âge, une diminution de la desquamation a lieu.

Les kératinocytes se renouvellent moins rapidement, se raréfient, provoquant une atténuation de la cohésion entre le derme et l'épiderme, d'où une perte d'élasticité et un relâchement cutané.

La peau devient également plus vulnérable face aux UV et la cicatrisation des plaies se fait plus lente. On estime une diminution d'environ 50% du renouvellement cellulaire dûe à la progression plus lente des cellules arrivant de la profondeur vers la surface cutanée.

Ce mécanisme est à l'origine de l'exposition plus intense aux rayons ultra-violets contribuant ainsi à l'incidence plus importante de cancers cutanés. Les cellules cutanées se renouvelant plus lentement, les cellules mortes s'accumulent en surface, bloquent les pores, entraînant un épaississement de l'épiderme.

La diminution du nombre de mélanocytes s'accompagne d'une perturbation de la distribution régulière des pigments à travers la peau et donc de l'apparition de tâches. 

L'épiderme - Ohsens

Au niveau du derme :

Le derme, tissu de soutien essentiel, représente 90% de l'épaisseur de la peau. ll est constitué à 80% d'eau, de fibres d'élastine et de collagène noyés dans un gel de glycoprotéines. Les fibroblastes sont les principales cellules du derme et sont spécialisées dans la synthèse de ces fibres de collagène et d'élastine.

Le collagène est la principale protéine de soutien de la peau à laquelle il confère sa résistance aux tensions et aux tractions, tandis que l'élastine lui apporte élasticité et flexibilité. 

On constate également au niveau du derme :

. Une diminution de la vascularisation : les vaisseaux sanguins qui alimentent les cellules de la peau se dégradent, ils irriguent moins les tissus en gaz et nutriments, indispensables à leur bon fonctionnement.

. Une diminution de l'épaisseur de la peau : la diminution de la quantité de collagène (1% par an, leur renouvellement se faisant plus difficilement) et son altération expliquent la diminution de l'épaisseur de la peau à partir de l'âge de 20 ans. La perte de souplesse des liens unissant les cellules dermiques entre elles (desmosomes) explique les différentes plaies et déchirures observables chez les personnes âgées. Avec l'âge, le derme perd environ 20% de son epaisseur.

. Une diminution de la quantité d'acide hyaluronique : l'acide hyaluronique est un polysaccharide abondant dans le tissu conjonctif (tissu de soutien et de remplissage de l'organisme) qui diminue avec l'âge.

. Une diminution du nombre et de la qualité des fibres élastiques : ce phénomène est à l'origine de la perte d'élasticité du derme. Ceci explique l'apparition de poches sous les yeux, de rides cutanées ainsi que l'accentuation des lésions du derme lors de traumatismes minimes.

. Une désagrégation du maillage fibreux soutenant l'épiderme : les radicaux libres s'attaquent aux membranes des cellules de collagène et d'élastine. 


Au niveau de l'hypoderme :

L'hypoderme contient des cellules spécialisées dans l'accumulation et le stockage des graisses, les adipocytes, qui jouent un rôle important dans le dessin des volumes et des reliefs du visage.

Avec le temps, certains visages se creusent. lls perdent leurs courbes et leurs volumes, devenant ainsi moins harmonieux. Les muscles, dits muscles peauciers, sont situés directement sous l'hypoderme, ils constituent la structure profonde du visage.

Par leurs contractions répétées et leur relâchement, ils jouent un rôle important dons l'apparition des signes du vieillissement du visage (comme les sillons nasogéniens situés entre les ailes du nez et les coins de la bouche, les pattes d'oie qui sont les petites ridules horizontales à l'angle externe des yeux, les rides verticales entre les sourcils dites rides du lion, et les rides horizontales du front...). 


Cas particulier de la ménopause :

Les oestrogènes stimulent naturellement les fibroblastes, qui synthétisent le collagène, l'élastine et les glycosaminoglycanes (dont l'acide hyaluronique). Leur diminution a pour conséquences de réduire la teneur en eau de la peau, de la rendre moins tonique et d'affiner le derme. 

Cette période critique précipite le vieillissement cutané en accélérant le processus de vieillissement dermique.

Les modifications cutanées qui surviennent durant la ménopause font également partie du  vieillissement intrinsèque physiologique.

En effet, la carence oestrogénique majore certains paramètres du vieillissement cutané comme l'atrophie, l'atonie, le dessèchement et la pâleur.

ll faut savoir également qu'une diminution progressive de la sécrétion hormonale a lieu lors du vieillissement cutané et en constitue un facteur important.

Par exemple, à l'âge de 20 ans, nous produisons en quantité de la DHEA (déhydroépiandrostérone) qui est réputée pour ses effets anti-âge (éclat et jeunesse de la peau). Au cours du temps, cette sécrétion diminue d'environ 15% chaque dizaine d'année. 


Le vieillissement extrinsèque

Le vieillissement extrinsèque représente l'ensemble des facteurs qui accélèrent le vieillissement naturel : en premier lieu l'exposition aux UV mais aussi le tabac, les carences hormonales, l'alimentation pauvre en anti-radicalaires et acides gras essentiels, le stress...

Les dermatologues estiment que 90% du vieillissement cutané est dû à des facteurs externes. 

Le stress, le tabac, l'alcool et les UV stimulent la production des radicaux libres, principaux ennemis de la peau. Un radical libre est une molécule qui a gagné ou perdu un électron ce qui la rend instable et très réactive.

Elle va chercher alors à capter ou à céder un électron à une autre molécule de son environnement et ainsi de suite. Ce phénomène, appelé stress oxydatif, provoque des dégâts dans l'organisme, notamment au niveau des tissus cutanés.

L'organisme possède son propre système de défense pour neutraliser les dommages liés à ces radicaux libres ; mais avec les années, ce système de neutralisation devient déficient, la peau est plus vulnérable aux agressions extérieures et le besoin en anti-oxydants augmente. 

Par ailleurs, avec les agressions extérieures, la structure du réseau de collagène est attaquée. On assiste à une réduction de ces fibres ainsi qu'une diminution de leur caractéristiques, d'où une accumulation de fibres élastiques de mauvaise qualité causant une diminution de l'élasticité de la peau.

Quant aux rayons UV ils sont responsables à eux seuls de 80% du vieillissement cutané.


Leur mécanisme d'action est double :

- soit par interaction directe sur l'ADN cellulaire (mode d'action principal des UVB),

- soit de façon indirecte par le biais des formes actives de l'oxygène (mode d'action principal des UVA).

Les effets permanents engendrés par le photovieillissement sont à la fois superficiels et profonds, là où se produisent les dommages de l'oxydation.

En effet, les rayons UV libèrent leur énergie dans la peau, faisant naître des radicaux libres, très nocifs. Cette oxydation altère les cellules et les fibres de la peau.

On a longtemps cru que seuls les UVB étaient responsables du vieillissement prématuré de la peau, provoquant des coups de soleil, mais les UVA sont bien plus néfastes à long terme.

Ces derniers agissent en profondeur principalement au niveau du derme, et fragilisent les fibres de collagène et d'élastine, provoquant une perte de densité et un relâchement cutané.

Les radiations UV augmentent aussi l'action d'enzymes dans l'épiderme et le derme qui dégradent le collagène et les autres macromolécules de la matrice extra-cellulaire dermique. Et malheureusement, l'impact négatif du soleil s'accumule à partir de la petite enfance...

Vieillissement cutané et alimentation : de très nombreuses carences en nutriments sont responsables d'altérations cutanées. À long terme, certaines maladies carentielles se manifestent par un vieillissement précoce.

L'hygiène de vie accélère également le vieillissement cutané : le tabac, l'alcool et la pollution sont des facteurs aggravants. En effet, notre environnement est générateur de radicaux libres, qui réagissent en modifiant en profondeur le métabolisme des cellules.

Les protéines (collagène, élastine), les lipides membranaires et l'ADN peuvent être endommagés et induire des dysfonctionnements pouvant aller du vieillissement cutané au cancer.

Les agressions extérieures fragilisent donc les cellules de la peau, qui devient alors plus sensible aux radicaux libres, responsables des premiers signes de l'âge. 


Vieillissement cutané et types de peaux

Le vieillissement cutané commence vers 25 ans, toutefois les peaux sèches vieillissent plus vite que les peaux grasses.

ll n'y a pas de différence entre une peau jeune et une peau mature dans l'expression clinique de la peau sèche.

Seuls les symptômes du vieillissement cutané comme le manque de fermeté, l'hétérogénéité du teint et les rides viennent s'ajouter à la peau sèche mature. 


Vieillissement cutané et rides

Faute d'hydratation et de nutriments, la production de collagène diminue. Le matelas de soutien de la peau s'affaiblit, perd en tonicité et en fermeté.

La cohésion entre le derme et l'épiderme devient alors moins forte. À la surface des dépressions se forment : ce sont les rides. Les rides sont les premiers signes apparents du vieillissement cutané, principalement au niveau du visage.

ll existe différentes sortes de rides, selon leurs mécanismes d'apparition, leurs localisations, leurs profondeurs...

C'est pourquoi il est important de les différencier afin de mieux les prévenir et les traiter. 

Les rides - Ohsens

À chaque traît du visage sa ride

Suite à la contraction des muscles sous-cutanés, la peau se plisse mais le manque d'élasticité dû à l'âge ne permet pas un retour à une surface parfaitement lisse.

Les marques formées par la contraction des muscles restent visibles et forment les rides dynamiques, dites les rides d'expression. Elles sont principalement situées sur le front, entre les sourcils, au niveau des sillons naso-géniens et des commissures des lèvres (rides du lion, pattes d'oie...).

Les rides statiques sont des rides directement dûes au vieillissement de la peau : relâchement cutané et perte de fermeté. Elles se présentent plutôt sous forme de plis d'affaiblissement et sont notamment responsables de l'altération de l'ovale du visage. 


Rides constituées profondes et superficielles :

Ces rides sont des fissures, des cassures de la peau plus ou moins profondes. Elles sont dûes à la perte d'élasticité de la peau qui apparaît avec l'âge et l'exposition solaire.

La profondeur dépend des modifications de la peau qui peuvent altérer d'abord l'épiderme en surface, puis le derme et même l'hypoderme pour les rides très profondes.


Plis naso-géniens :

Ce sont les 2 plis qui partent des ailes du nez vers le coin des lèvres. lls peuvent être plus ou moins profonds, marqués, même chez des personnes jeunes.


Rides du cou et « cordes » :

La peau du cou est fine et contient moins de glandes sébacées que le visage. Avec l'âge, le cou peut présenter des lésions typiques du vieillissement cutané, mais aussi une tonicité accrue des muscles du cou avec un effet « cou de poulet », et un aspect de cordes tendues, qui conespondent aux muscles, plus visibles avec l'âge.


Rides du décolleté :

La peau du décolleté subit fortement les rayons du soleil, et cette partie du corps est plus abîmée que le reste, avec un aspect plissé, surtout chez la femme.

 

Paupières gonflées, poches sous les yeux, cernes, paupières supérieures tombantes :

Le vieillissement des paupières est particulièrement visible car la peau y est très fine et leur structure est lâche. Les conséquences visibles sont des rides, un flétrissement de la peau qui est distendue par perte de son élasticité.


ll peut y avoir des poches sous les yeux qui correspondent à une protrusion de la graisse orbitaire en plus du relâchement de la paupière.


Les mécanismes à l'origine de la ride

ll existe 3 mécanismes à l'origine d'une ride :

L'action des muscles : La peau est sans cesse sollicitée par le mouvement des muscles sous-jacents. Ces micro-contractures favorisent la formation de lignes entre lesquelles la peau se tend, s'étire pour finalement se plisser.

La modification des constituants du derme : Vieillissement intrinsèque et photo-induit favorisent l'aplatissement de la jonction entre le derme et l'épiderme.

La modification du relief de la peau : Avec l'âge, les lignes qui mettent en tension la peau se distendent et se creusent lentement. Ce phénomène s'accélère après 60 ans. 


A chaque âge, des problèmes spécifiques

30 à 40 ans : Premiers signes de l'âge

Le derme commence à perdre son collagène et son élastine. Les premiers signes de l'âge apparaissent. Des ridules et des rides d'expression se forment, le teint n'est plus aussi uniforme. Le visage montre plus facilement des signes de fatigue (cernes et gonflement des yeux)

 

40-50 ans : Accentuation des rides

La peau perd nettement de sa fermeté et les rides s'accentuent : rides d'expression, plis sur le front, à l'extrêmité des yeux, autour de la bouche...


50-60 ans : Perte de fermeté

La perte globale de fermeté et l'affaissement de l'ovale du visage s'ajoutent aux rides et aux tâches brunes. La ménopause accélère le vieillissement et l'assèchement de la peau.

 

Après 60 ans : Accélération de tous les signes du vieillissement cutané

Les rides se creusent en sillons profonds et tous les autres signes de vieillissement s'accélèrent et se cumulent : sécheresse cutanée, tâches pigmentaires, formation de plis importants sur la peau.


Comment prévenir le vieillissement cutané ?

Une ride ne se résorbe jamais totalement. Cependant la prévention et la réponse cosmétique permettent d'enrayer certains mécanismes et d'en prévenir d'autres.

Prévention :

Ne pas abuser de l'exposition solaire et protéger sa peau avec des produits adaptés,

Bien hydrater sa peau,

Réduire sa consommation de tabac,

Avoir une alimentation équilibrée : manger des aliments riches en anti-oxydants qui ont des propriétés anti-radicalaires.

 

Les réponses cosmétiques :

Les principaux actifs utilisés dans les soins anti-âge et anti-rides sont les anti-oxydants, les procollagéniques (vitamine C,...) des hydratants fixateurs d'eau (acide hyaluronique) et des agents dépigmentants.

 


Publication issue d'un travail réalisé par le Laboratoire Phyt's