Mentha x piperita L. 
Famille: Lamiaceae. 
Partie distillée : feuilles


Provenance : Paraguay, Europe, Amérique du Nord. 

Plante herbacée qui se multiplie grâce à de nombreux rhizomes souterrains, la menthe poivrée est très envahissante dans un jardin. À la floraison, les feuilles vertes odorantes sont surmontées d'un épi floral discret, blanc ou rose-mauve. Cette plante hybride présente de grandes variabilités botaniques. La menthe poivrée est très utilisée en aromathérapie et en parfumerie. 

Précautions d’emploi spécifiques 
L’huile essentielle de menthe poivrée est contre-indiquée en cas de lithiase biliaire, d'inflammation de la vésicule biliaire et de troubles hépatiques graves. 
Elle est irritante pour les muqueuses oculaires et peut également l’être si on l'utilise pure sur la peau.

Ne pas utiliser cette huile essentielle en dessous de 7 ans. 

Un peu d'histoire
 
Elle est connue depuis l'Antiquité. Grecs, Romains, Hébreux, Égyptiens, Arabes et Chinois l'ont utilisée. En Europe, elle fut décrite pour la première fois en 1696 par le botaniste anglais John Ray. 
Il la découvrit à Mitcham, près de Londres, et la considéra comme supérieure aux autres menthes dans le traitement des troubles digestifs. Au XVIII ème siècle, elle fut cultivée à Mitcham et commença à être utilisée en médecine générale en Angleterre et en Europe de l'Ouest. 
Sa culture s'étendit ensuite en Europe, en Amérique de Nord, en Russie et au Japon. C'est Linné qui lui donna le nom de Mentha x piperita L. 

Caractéristiques 
Ellee pousse en climat océanique tempéré. Elle est issue du croisement de la menthe aquatique Mentha aquatica L. et de la menthe verte, elle-même un hybride (Mentha x viridis L. ou. Mentha spicata Huds.). 
La teneur en huile essentielle augmente jusqu'à la floraison pour diminuer ensuite. La récolte se fait à la fin juillet et en aout. L'huile essentielle obtenue est incolore, jaune pâle ou jaune vert pâle. La plante cultivée en région océanique froide (Grande- Bretagne) donne une huile essentielle de qualité supérieure.

En huile essentielle, une teneur de 1 % (pharmacopée française) à 1,2 % est exigée (pharmacopée européenne).

Principaux constituants : 
Esters monoterpéniques : acétate de menthyle (2,8 à 10-20%) 
Cétones monoterpéniques: menthone (14 à 32 %) ; pulégone (0,3 à 1,5 %) ; 
Alcools monoterpéniques : menthol (30 à 60 %) ; isomenthol (0,5 à 1,5%) 
Oxydes monoterpéniques : menthofurane (traces à 2 %); 1-8 cinéole (0,5 à 7 %). 
Carbures monoterpéniques : limonène (1à 3 %). 
Carbures sesquiterpéniques : béta-caryophyllène (l à 2 %). 

Principales propriétés 

Anti-infectieuse 
Bactéricide : contre le staphylocoque doré (responsable de multiples infections), contre un streptocoque responsable de maladies pulmonaires et un colibacille responsable de certaines maladies digestives et urinaires. Elle est couramment utilisée dans le domaine alimentaire pour lutter contre la salmonellose et la listeriose 
Antivirale, contre les virus responsables des herpès 

Antifongique contre de nombreux champignons responsables d'infections diverses, (pulmonaires, cutanées, candidoses...) 
Antiparasitaire, elle agit contre la shigellose, une colite infectieuse 
Action spasmolytique au niveau gastro-intestinal : sur le sphincter d'Oddi (estomac) ; sur les contractions du muscle lisse de l'iléon ou intestin grêle. Le nombre et l'amplitude des contractions diminuent 
Anti-inflammatoire : le menthol supprime Ia production de substances pro-inflammatoires. Son action est mise à profit dans les inflammations chroniques au niveau de l’arbre respiratoire et du côlon 
Antalgique, anesthésiante locale. La présence de menthol entraîne une inhibition de la douleur par stimulation des récepteurs au froid, ainsi qu'une action rafraîchissante locale (troubles circulatoires ou respiratoires). Le menthol provoque une légère anesthésie de la muqueuse stomacale, entraînant une action anti-émétique. II freine la motilité gastrique. Activités au niveau de l'arbre respiratoire. L'huile essentielle de menthe poivrée provoque une action analgésique, antiseptique, spasmolytique, anti-inflammatoire, vasoconstrictrice, sécrétrice. 
Stimulante. Le menthol est tonique. 
Activité anti-oxydante  
Activité anti-émétique par légère anesthésie de la muqueuse stomacale. 
Activités cholagogue et cholérétique (supérieures à celle du limonène). 

Principales indications 
L'huile essentielle de menthe poivrée est indispensable dans la trousse aromatique familiale. 
Infections diverses. L’activité antiseptique de l'huile essentielle de menthe poivrée est spécifique du tractus digestif (le menthol est excrété par la bile) et de l’appareil respiratoire. 
Mycoses diverses 
Troubles gastro-intestinaux :
 
Spasmes digestifs, spasmes intestinaux, le soulagement obtenu après prise orale ou par application cutanée est rapide (moins de 15 minutes). Il y a régulation des stimulations anormales 
 
Ballonnements 
Dyspepsie, amélioration de Ia digestion 
Nausées, vomissements, nausées post-opératoires : l'huile essentielle de menthe poivrée réduit la sévérité des nausées post-opératoires 

Douleurs gastriques, crampes d'estomac, reflux gastro-oesophagien 
Pathologies du côlon (inflammation, douleurs, spasmes, diarrhée, côlon irritable ...).

Troubles respiratoires :
 
Toux (action spasmolytique) inhalation sèche
 
Infections pulmonaires, infections rhinopharyngées, coryza, rhinite, sinusite, laryngite...
 Rhume (décongestionnant par sensation de froid) : préparations nasales pour l'adulte par voie externe dosées de 2 à 5 % 
Bronchite chronique, asthme (expectorant et fluidifiant des secrétions, évite la sécheresse de la muqueuse); 
Inflammation des voies respiratoires
Action sur le système nerveux : Stimulant la vigilance, tonique. Amélioration de la concentration 
Un mélange d'huile essentielle Mentha x piperita (10 %) et Eucalyptus globulus (5 %) en application locale sur le front favoriserait Ia concentration (en cours d'étude). 
L’huile essentielle de menthe poivrée réduit l'immobilité de 5 à 22 % chez l’animal. Le même phénomène est observé avec les huiles essentielles de thym sauvage, cyprès et gingembre (tests effectués par inhalation)

Troubles cutanés :
 
Apaisante : coups de soleil, piqûres d'insectes, dermatoses (à faible pourcentage). Soulage les démangeaisons et les irritations cutanées (prurit, urticaire) 
Herpès labial.
Douleurs (action antalgique par effet de froid) 
CoupsDouleurs musculaires 

Névralgies : 
Maux de tête chronique d’origine hépatique. Une solution à 10% d’huile essentielle de menthe poivrée en application locale calme la douleur. 
Action « repellente » (répulsive pour les insectes).

Autres indications: : 
Vermifuge, liquoristerie, confiserie, aromatisation. 

Modes d'utilisation

Menthe Poivrée

Voies principales 
Voie cutanée. Les préparations antalgiques sont dosées de 5 à 15 %. En application au niveau du nez, la dilution ne doit pas dépasser 1 à 2 %. En cas de migraine, il est préférable d'utiliser quelques gouttes d'une solution huileuse à 10 % plutôt qu'une utilisation pure de l'huile essentielle.

Voie orale 
Syndrome du côlon irritable : la dose journalière pour un adulte est de 0,6 mI, soit 3 prises de 0,2 ml par jour d'huile essentielle de menthe poivrée sous forme de gélules gas- tro-résistantes. (La gélule gastro- résistante est nécessaire.)

Troubles digestifs, chez les adultes (spasmes, dyspepsie, nausées...) : la dose journalière pour un adulte est de 100 à 200 mg d'huile essentielle de menthe poivrée, en 3 ou 4 prises. Si les troubles digestifs persistent après 48 heures, il faut demander un avis médical.

Voie orale diluée réservée à l’adulte sur avis médical ou officinal. Ne pas dépasser 3 à 4 gouttes d'huile essentielle par jour

Inhalation sèche (attention aux yeux et aux muqueuses).

Voie exceptionnelle 
Inhalation humide et diffusion atmosphérique. Elles se font à une concentration de 1 à 3 %. Attention : cette huile essentielle irrite la muqueuse oculaire. Cette voie n'est pas à privilégier, sauf si l'huile essentielle de menthe poivré est très diluée au sein d'un mélange d'huiles essentielles. 

Toxicité 
La toxicité aiguë liée à une ingestion massive d'huile essentielle de menthe poivrée est bien déterminée ; en revanche, la toxicité chronique a été peu étudiée. Ces toxicités sont liées principalement à la présence du menthol, de la pulégone et de la menthone.

Menthe PoivréeUne dose excessive ingérée peut provoquer une gêne respiratoire, des convulsions, ou un syndrome épileptiforme.

Une étude teste l'emploi de l’huile essentielle de menthe poivrée à des doses élevées sur une période de 28 jours chez le rat (40 à 100 mg/kg/rat). Il est constaté des altérations du tissu cérébral, dont le menthone et la pulégone seraient responsables. À dose faible (10 mg/kg), cette huile essentielle ne provoque pas de dégradation du tissu cérébral. Au-delà des 28 jours, il n'y a pas d’aggravation notoire.

La toxicité est également à relier au menthol.

Des allergies croisées sont signalées avec le thymol, l'huile essentielle de térébenthine et le baume du Pérou.

Une hépatotoxicité et une néphrotoxicité (légères) sont mises en avant à doses élevées par voie orale et sur des périodes longues. À doses très élevées : aigreurs d'estomac, céphalées, bradycardie, tremblements musculaires et ataxie. À doses répétitives (par exemple avec des cigarettes au menthol), on observe une agitation, des tremblements, puis une phase dépressive.

On remarque que la toxicité de cette huile essentielle est liée à des doses trop élevées ou à des applications cutanées non conformes. Le risque de toxicité reste faible dans le cas d'un usage adéquat.

Huile essentielle de Menthe Poivrée. Cliquez ici  

Important : 
Les indications de soin présentées dans cet article ne sont pas des prescriptions médicales. Nous ne sommes pas médecin. Ce sont des informations issues de publications. 
Si vous souhaitez un traitement personnalisé à base d'huiles essentielles, nous vous invitons à consulter des spécialistes en aromathérapie.